LOA

LOA

Votre média alternatif


Samora Machel, président socialiste face à l'ingérence occidentale en Afrique Australe

Publié par Mickaël JORON sur 21 Septembre 2019, 23:12pm

Catégories : #régional, #international, #histoire

De part son emplacement favorable, le Mozambique a toujours été un pays grandement convoité. Son canal qui fait des envieux, ses débouchés portuaires qui donnent sur l'Océan Indien, ses mines d'or, gisements de gaz. Tous ces éléments sont indicateurs d'un potentiel de développement croissant, comme l'ont indiqué les pronostiques pour 2019 (+4,7 % de croissance estimée).

Pendant longtemps attaqué par les arabes puis colonisé par les portugais. Le pays a lui aussi senti le vent de l'émancipation dans les années 60. La lutte prenant une couleur rouge. En 1962 à sa naissance, le Frelimo ou Frente de Libertação de Moçambique (Front de libération du Mozambique) est encore une coalition de différents petits partis nationalistes, sous la présidence de Eduardo Mondlane. Ce dernier sera le mentor de Samora Machel, alors jeune infirmier désireux d'intégrer la lutte pour la libération de son pays. 
 

En 1964 Samora est donc envoyé pour une formation militaire en Algérie, au côté de 250 guérilleros comme lui. La guerre officielle contre le Portugal éclate, les choses s'enchaînent alors très vite. En 1969, Eduardo Mondlane est assassiné par l'envoi d'un colis piégé. Un triumvirat s'installe donc à la tête du Frelimo composé de Samora Machel, Marcelino dos santos et Uria Simango. Mais dès 1970, Samora s'installe comme seul chef du parti. En 1974 suite aux accords de Lusaka, le Portugal du dictateur Antonio de oliveira Salazar quitte le Mozambique; Le Frelimo prend définitivement le pouvoir.
 

Dès 1977, le parti adopte un courant Marxiste-léniniste et reçoit le soutien de l'URSS. Il s’attelle à reconstruire le réseau économique et agricole mis à mal par la guerre. En effet 4500 propriétaires et entrepreneurs ont pris la fuite. La reconstruction est un succès jusqu'en 1981. C'est à cette date que le pays va voir s’amplifier l'ingérence des Etats-Unis, de l'Afrique du Sud blanche, des anciens colons portugais et de l'Arabie Saoudite. L'Afrique du Sud n'accepte pas le soutien logistique, financier, du président Samora Machel aux soldats anti-apartheid de L'ANC et à leur chef Nelson Mandela. Les Etats-unis alliés du régime sud-africain craignent pour leurs intérêts et redoutent la montée du communisme en Afrique de l'Est. Les anciens colons portugais veulent se venger de l'humiliation et de la saisie des terres. L'Arabie Saoudite a un vieux contentieux avec le Mozambique d'ordre historique. Toute cette hostilité se traduit par le financement de bandes armées qui massacrent des civiles et de milices rurales qui attaquent les efforts de reconstructions agricoles. Mais surtout aussi, par le soutien des puissances occidentales à la guérilla de droite nationaliste du Renamo ou Resistência Nacional Moçambicana ( Résistance Nationale mozambicaine). 

La guerre civile est là. L'aviation sud-africaine blanche bombarde alors Maputo la capitale mozambicaine, mais le peuple tient et reste derrière son président. La famine, la sécheresse frappent durement le pays. Les exactions du Renamo font régresser l'économie mozambicaine.

Samora Machel tiendra jusqu'au bout en remportant des batailles à la tête de l'armée régulière. Des faits mémorables comme la victoire face au chef du Renamo en 1979; Ce dernier se fera abattre. Un tournant s'opère, lors de la libération de la Rhodésie voisine qui devient le Zimbabwe avec un Robert Mugabe anti-coloniale. L'Ex-Rhodésie britannique a longtemps financé les miliciens du Renamo. En 1986, le président Samora Machel meurt dans un avion saboté au-dessus de l'Afrique du Sud, alors qu'il revient d'un sommet anti-apartheid organisé par les pays de la région.

La guerre civile au Mozambique s'achèvera en 1992. En 2019, des accords de paix seront signés entre le FRELIMO et le RENAMO.

Mickaël JORON


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents