LOA

LOA

Votre média alternatif


Dès le 14 décembre, la Réunion sera un pays étranger pour L'Union européenne

Publié par Mickaël JORON sur 30 Septembre 2019, 21:05pm

Catégories : #économique, #international

 

Image parChickenonline de Pixabay

Chaque fins d'années, le marché des exportations de fruits réunionnais bénéficie de la période des fêtes. Notre diaspora de plus de 1 million de personnes permet à nos agriculteurs pays, d'exporter en majorité vers L'Europe et le Canada ; Là où sont le plus représentés les membres de la communauté réunionnaise.  La Réunion a été considérée jusqu'à présent, comme un territoire ultra-périphérique de l'Union Européenne ; Donc une facilité à l'exportation. Cela va apparemment changer.

 

Image parDenis Doukhan de Pixabay

Dès le 14 décembre 2019, sur le plan des exportations fruitiers, la Réunion sera officiellement reconnue comme un pays étranger par L'Europe. Cette dernière traitera notre île comme un pays tiers, avec deux contrôles supplémentaires lors de l'export des fruits. Un à la Réunion et l'autre à l'arrivée sur Paris. Une nouvelle réglementation difficilement applicable face aux manques d'agents et qui risque de plomber une fois de plus l'économie réunionnaise. Le prétexte avancé est que L'Europe veut surveiller l'entrée de parasites sur son territoire. Néanmoins il se dit en coulisse que le problème est tout autre.

"L'Espagne et le Portugal [...] auraient du mal à faire face à la concurrence réunionnaise"

L'Espagne et le Portugal, deux principaux producteurs fruitiers en Europe. Ces pays auraient du mal à faire face à la concurrence réunionnaise. La qualité de nos fruits étant beaucoup plus attractives. On dit que pour permettre une relance de la production de la péninsule ibérique, des groupes d'influences se sont mis en oeuvre, pour imposer cette nouvelle réglementation qui pénalise la Réunion. Notre île accuse déjà un déséquilibre économique sur la balance de l'import/export (60% d'importation de nos besoins alimentaires). Notre pays a besoin d'une réforme agraire urgente, pour espérer bénéficier de certaines ressources alimentaires en auto-suffisance. Nous faisons maintenant face à une nouvelle réglementation qui ne nous avantage pas et pénalise le secteur agricole.

Quelles solutions face à cette situation inédite pour nos contemporains ?

La solidarité est ici une attitude évidente. Face à ce blocage, le prix des fruits baissera pour nous réunionnais, à nous d'en tirer avantage. Achetons local, privilégions notre production réunionnaise, étant donné que les fruits d'Espagne et du Portugal vont continuer à entrer chez nous. Mettons les fruits de ces deux pays en quarantaine dans nos portes monnaies.

Soyons solidaire de nos agriculteurs réunionnais !

Mickaël Joron

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents