LOA

LOA

Votre média alternatif


Pour l'indemnisation financière des descendants d'esclaves de l'île de la Réunion.

Publié par Mickaël JORON sur 27 Octobre 2019, 21:00pm

Catégories : #histoire, #économique, #société, #politique

Dans le domaine de la réparation suite à un crime contre l'humanité, une jurisprudence s'est imposée dans ce genre de situation . L'horreur de la Shoah contre le peuple juif a emmené à des réparations financières durables de la part des pays responsables. Il est juste et légitime de demander une indemnité, lorsqu'il y a crime contre l'humanité. 

L'indemnisation entre totalement dans le cadre de la reconstruction thérapeutique d'un peuple. L'esclavage à la Réunion a eu son lot de tortures, de massacres et de stress post-traumatique. Ce dernier se traduit scientifiquement par le gonflement anormal du gène FKP5 chez les descendants d'esclaves, selon les études menées par le professeur Rachel Yehuda de l'université new-yorkaise du Mont-Sinaï. Le gène FKP5 est celui qui gère le stress post-traumatique chez l'homme, son décuplement entraîne un état dépressif chez le sujet. Cet argument scientifique a été utilisé pour expliquer le taux de violence élevé, chez les descendants d'esclaves des anciennes colonies. Le spermatozoïde enregistrant tout ce que son porteur vit, L'ADN transmis à la descendance porte donc les séquelles des sévices subies sur la plantation.

«Le Pape Nicolas V bénit l'esclavage»

Le 8 janvier 1444, le Pape Nicolas V bénit l'esclavage et encourage sa pratique. L'Europe entière va se mettre à la traite négrière, marchant sur les traces des arabes. Avec la bénédiction d'une haute autorité religieuse, l'immorale devient morale pendant 500 ans et plus. Des familles entières s'enrichissent à la Réunion, sur la sueur et le sang des cafres des plantations. Néanmoins nul n'en tient compte, lorsqu'en 1848 on préfère rembourser le colon propriétaire d'esclaves, plutôt que la victime. 6 millions de francs Or qui participeront aussi au capitale de départ de la Banque de la Réunion. 

«recevoir l'indemnité sur un compte spécial» 

Si l'on doit chiffrer l'indemnité pour la famille d'un descendant d'esclave réunionnais, on doit remonter sur plusieurs générations dans les archives départementales. De là, on retrouve le premier ancêtre emmené captif sur l'île de la Réunion ou né sur place. De cette information, on chiffre le nombre d'aïeuls esclaves jusqu'à la période de l'abolition ou d'affranchissement. Tous les mois, la branche familiale direct de l'aïeul devrait recevoir l’indemnité sur un compte spécial ; Pour la période de main d'œuvre gratuite de leurs ancêtres. Le montant reçu est calculé, selon les archives des bénéfices engrangés par la plantation ou par la colonie, durant la période d'esclavage du dit aïeul. Tout ceci est vérifiable. Bien sûr les indemnités concernant les différents ancêtres sont cumulables. Autre solution pour réparer le crime, on peut aussi réserver une partie des impôts réunionnais, au remboursement de la dette envers les afro-descendants.

 
La cours des droits de l'homme a le pouvoir juridique de statuer sur cette situation, pour les afro-réunionnais. Tant que l'on ne réglera pas la question du remboursement des cafres. Il n'y aura jamais réellement d'unité sereine chez les réunionnais et l'harmonie vantée par les médias ne sera qu'une illusion...

Mickaël Joron
 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents