LOA

LOA

Votre média alternatif


La jeune fille sans jambes des ravines réunionnaises

Publié par Mickaël JORON sur 4 Février 2020, 21:10pm

Catégories : #culture

La Réunion est sans nul doute un endroit où il est naturel de côtoyer, ce que certains appellent le surnaturel. Un pays chargé d'une spiritualité mystique, liées aux nombreux rites animistes et syncrétiques. Dans notre culture, elles sont légions les histoires et légendes d'âmes errantes, d'esprits élémentaires, de divinités, de démons qui occupent chaque coins de notre île. Encore nombreux sont ceux qui se rappellent de l'histoire de la jeune fille sans jambes. Une entité qui s'est manifestée à différentes époques, du "tan lontan" jusqu'aux années 90. 

Un phénomène dont on retrouve la trace dans l'histoire de cette mère de famille ; Partie laver le linge de la maison dans la ravine de son village. Si l'on ne peut la situer dans une chronologie exacte, on peut deviner grâce aux éléments donnés par cette étrange histoire que la scène se tient dans la Réunion du "tan lontan".  


Ainsi, excédé par la tâche qu'elle effectuait ce jour-là, la mère de famille s'exprima à haute voix et demanda l'envoie d'une "âme charitable" pour l'aider dans son fardeau. Oubliant très vite son souhait, elle continuait à répéter les gestes incessants de la lessive quotidienne, dans la ravine qui coulait. Un tableau banal pour les réunionnais de l'ancien temps. Néanmoins, approcha une jeune fille qui portait un chapeau tressé sur sa tête. Surprise... La dame la salua tout de même. La personne proposa son aide à la mère de famille, cette dernière accepta avec joie. A la fin de l'effort, la maman  invita la jeune fille chez elle, pour lui offrir un café. Là elles discutèrent, la matriarche qui trouvait la demoiselle charmante, lui révéla qu'elle avait un fils célibataire. La discussion fut cordiale et chaleureuse. Le vent se leva et secoua légèrement la robe blanche de la petite. Là, la mère de famille se mit à crier de toute ses forces...La demoiselle n'avait pas de jambes...Elle lévitait au-dessus du sol. "Hors de ma maison le Diable !" s'écria la Dame. "Vous avez réclamé une âme charitable, je suis venu, vous m'avez invité à entrer. Je reste !" répliqua l'entité. Ce jour-là le prêtre du village fut appelé à la rescousse...


Des années plus tard, on évoquera la légende de cette même entité dans l'ancienne boîte de l'Ouest, Le Swing. On dit que la manifestation d'une jeune fille sans jambes entrain de danser en lévitation au-dessus du sol, a causé l'affolement général dans la célèbre boîte des années 90. 


Mais si l'on se permet de se pencher sur le côté purement psychanalytique de cette étrange légende, on peut y retrouver les peurs les plus profondes liées à l'émancipation de la gente féminine. Le fait que cette jeune femme n'ait pas de jambes, induit qu'il n'y a pas moyen de l'attacher. La lévitation au dessus du sol nous ramène au sentiment de supériorité, un complexe qui à l'époque était réservé à la classe masculine, dans une société embrigadée par la religion. Cette légende ne serait-elle pas l'expression de la peur du patriarcat réunionnais de perdre le contrôle, au sein de l'espèce humaine marquée par l'hypergamie ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents