LOA

LOA

Votre média alternatif


Mémé mi domann' a ou pardon…(de Julie Aroubani)

Publié par Julie Aroubani sur 26 Avril 2020, 22:35pm

Catégories : #société

Mémé mi domann' a ou pardon…(de Julie Aroubani)

Mémé, je me demande souvent comment as-tu rencontré pépé ?! Est-ce que tu es tombée amoureuse au premier regard, est-ce qu’il a fait battre ton cœur ? Vous vous êtes mariés, vous avez eu vos bébés, construit votre vie malgré les difficultés, ashté zot ti bout’ terin, fé grandi zot marmay …Avez-vous rêvé de nous dans le futur ?
 

Quand j’arrive dans ta vie tu as déjà une soixantaine d’années bien remplies.Pépé est parti depuis longtemps et tu n’as jamais refait ta vie. Son alcoolisme, avoir été une femme battue et trompée ont peut-être eu raison de ton envie d’aimer à nouveau. Après son départ ou peut-être avant, tu t’es battue, comme une lionne pour faire grandir tes enfants. Mission accomplie ! Mémé, zordi ton bann zenfan fini gran...
 

En plus d’avoir enterré ton mari, tu as également enterré quelques-uns de tes enfants. Certains n’ont pas fait leur vie, d’autres se sont cassés les dents en essayant de la faire et sont retournés chez toi. Vous vivez tous, là, dans cette petite maison. Même ton frère, mon vié tonton, habite avec vous ! Lontan té lès pa in famiy dann somin. Quel plaisir de venir vous y retrouver…

Mon ti tonton i koz pu ek personn' … Trop amoché par la vie et ses rêves déchus, il a dû faire appel à trop d’artifices pour trouver la force de continuer.Mon ti Tati ali, elle a eu un enfant avec un « monsieur » qui est parti.Une maman célibataire en 1980, ça ne refaisait pas sa vie si facilement. Il faut dire que son caractère de « kafrine do fé » n’a pas dû l’aider non plus. Elle a sa coupe à l’afro, son rouge à lèvres rouge et sa voix rauque à cause de ses cigarettes. Remplie de classe grâce à son talent de couturière qui lui a permis de porter des magnifiques tailleurs cousus mains, elle avait un avis sur tout !
 

Les autres passent te voir le soir après le travail parfois. Ce qui est certain en tout cas, c’est que nous sommes tous là le dimanche. Out ti kaz karousèl ek out ti planché lankostik, out ti kwizinn' dann fon, mwin té aspèr trouv out ti pomme de terre frite ke té baigne dann lwil, Out ti robe à fleur, tes cheveux blancs en soleil et le ti gaté auquel j’avais droit en arrivant…


 

Nous jouions ensemble entre cousins cousines … pendant que vous parliez entre vous de vos histoires de grands …Marmay i ekout pa zistwar granmoun !
Quand on finissait de jouer, nous attendions avec beaucoup d’impatience, nout' ti paké bonbon ké ou té sa trapé dann out plakar, bien fermé à clé et un ti coca bien chaud (oui le coca du dimanche était aussi rangé dans le placard)
Je croyais que ça allait durer toujours …

 

Cela n’a duré, pour ma part, qu’une dizaine d’années.
Mémé, la pa atann lontan pou toute kasé, pétèt minm lo zour ou la fèrm lo zié.

 

Ils ont commencé à se disputer, j’ai cru entendre des histoires de tombes, de terrains, d’argent prêté et des histoires datant d’une vingtaine d’années refaire surface. Tous les prétextes étaient bons en tout cas pour ne plus se considérer comme une famille.


Ou la pankor alé mémé, la pou batay la pou réklaméAla la fini fashé !
Lo plo gran leson ké ou té vé pasé, mémé, ou vyinn' fèrm out zié, mé bana la fini déza oubliyé: Linité !


L’unité, en grandissant, je me suis même essayé à la recréer mais j’ai été apparemment la seule, à qui cela manque encore. Après tant d’efforts ne venant que de mon côté, j’ai abandonné.Beaucoup considèrent cela comme du passé, Il n’y en a même dont je n’ai plus aucunes nouvelles. Certains se contentent d’attendre l’argent de la vente « de térin mémé » …Pépé et toi, combien de sacrifices avez-vous fait pour léguer ce terrain à vos enfants ? Avez-vous pensé, à ce moment là, qu’il resterait dans la famille pour toujours ? Est-ce que vous l'avez voulu ? Est-ce que de là-haut, vous pouvez voir le sacrifice de toute votre vie partir dans les mains d’un étranger ?
 

A l'époque, ta maison est bien plus petite, bien plus sommaire que la leur…Aujourd’hui ils n’ont pas de place. En ton temps, tes moyens financiers sont bien plus restreints que les leurs…Aujourd’hui ils n’ont pas les moyens de recevoir tous les dimanches. Tu a été bien plus vieille et fatiguée par une dure vie de labeur…Mémé,aujourd’hui personne ne veut plus faire noël chez lui, parce qu’après ils sont fatigués après… Mémé, est-ce toi qui n’a pas bien transmise ta leçon ou est-ce ton départ qui a tout changé ? Est-ce toi qui n’a pas passé le relaie à un nouveau pilier ?
 

Pourtan mi rapèl ou la fé tan biyn ki pé … Mais tout ce que tu pouvais n’a pas été assez ! Mémé, zordi sé sakinn son kotéMémé, si ou té konézordi bana i di i vomié frékant zétranzé ké son prop famiy ! Mi aspèr si ou wa tou sa lao, ou lé pa tro sagrinéMémé, antouka, mi domann a ou pardon pou linité nou la pa giyn ansevé …

Zili

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Lily 15/05/2020 04:15

C’est un très joli texte que tu as publié Julie. Cependant, certains passages relèvent d’un roman de Zola ou alors sont purement inventés ou peut-être méconnus par toi.
A mon avis si tu avais écrit la véritable histoire de ta mémé, cela aurait été moins émouvant.
Je vais juste t’éclairer sur le passage du « vié tonton ».
Car vois-tu, « le vié tonton », unique frère de ta « mémé » louait une case sur ledit terrain, propriété de «mémé ». Les enfants du « vié tonton » (donc nièce et neveux) ayant été chassés loin de leur père. Ils ont dû fuir la violence et les mauvais traitements infligés par leur tante et leurs cousins. Le vié tonton privé de sa seule et vraie famille (ses enfants) était complètement perdu et malheureux. Il était donc à la merci de « mémé » et de ses enfants. C’est ainsi qu’il se retrouva à vivre sous le même toit que sa sœur. Surtout qu’il venait d’obtenir sa petite retraite qui permettait bon gré mal gré d’améliorer l’ordinaire de toute la maisonnée.
Quant aux enfants du vié tonton, ils ont dû partir, chercher un autre toit. Bref ils se sont débrouillés professionnellement et Dieu merci sont heureux jusqu’à ce jour dans leur vie. Ils ont pardonné à ceux qui leur ont fait du mal et pour ces raisons ils n’ont pas à DEMANDER PARDON ni à « Mémé » ni à qui que ce soit.
Pour les autres faits publiés, tu sais, parfois il vaut mieux balayer devant sa porte avant de regarder chez les autres.

ITARRE Michoue 27/04/2020 12:35

Magnifique, mwin la kru voir la famiye divan mwin
L'èmotion la passè sur è sértin ????

Mi ve in site nèna ?!? Bon kontinuasion ????

Julie Aroubani 28/04/2020 06:25

Mersi bonpé Michoue ITARRE !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents