LOA

LOA

Votre média alternatif


Somèn kréol : Guy Joron, défenseur de l'identité réunionnaise des années 70

Publié le 20 Octobre 2020, 07:00am

Catégories : #art, #culture, #musique

En cette somèn kréol qui débute, revenons ensemble sur la période des années 70. Epoque faste pour les artistes réunionnais, avec la sortie de nombreux vinyles. La technologie d'alors avec son système de pressage (durant l'ère de Bob Marley & the Wailers de la Jamaïque), a ainsi permis à de multiples militants de la musique réunionnaise de s'exprimer sur ce support d'antan.

Guy Joron inscrit au patrimoine mémoriel de la musique créole de l'Océan Indien, sort son premier 45 tours en 1975. Depuis 1972, le jeune homme de 20 ans fait ses armes sur scène et en de multiples radios crochets. A 23 ans c'est donc la consécration pour ce natif de Basse-terre (Saint-Pierre). Il sera d'ailleurs le premier de son quartier à sortir officiellement un vinyle. Il sera précurseur et préparera la route pour ses petits frères et cousins du groupe mythique de la Réunion : Baster.

Le 45 tours enregistré chez feu ISSA Disque à Saint-Denis se voulait être défenseur de la langue créole mondiale. Une posture audacieuse sous l'ère Michel Debré. Accompagné de la troupe des léopards, on y retrouvait 2 titres : La lang kréol & Mwin la pa miliardèr. Le vinyle connut des difficultés de distributions et de diffusions, de par son engagement marqué pour l'identité réunionnaise à travers sa langue. De nombreux barrages se dressèrent à son avancé. Mais l'œuvre a au moins le mérite d'avoir posé les bases, pour le célèbre groupe Baster qui naîtra 8 ans plus tard…

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents