LOA

LOA

Votre média alternatif


Quand un média afro-mexicain fait une interview sur les afro-réunionnais et le drapeau de la Réunion

Publié par Mickaël JORON sur 7 Février 2021, 21:52pm

Catégories : #culture, #international, #langue

Au Mexique la question des afro-mexicains est longtemps restée taboue dans le débat publique. Bien que la question afro-descendante ait pris de l'ampleur à Puerto Rico, Cuba, Panama, la République Dominicaine, le Brésil, la Colombie, le Venezuela. L'affirmation des afro-latinos en Amérique latine a toujours été confuse. Bien que les afro-descendants aient largement contribués à la culture latine des Amériques ; Notamment au travers de la musique. Néanmoins les termes «afro-latino» et encore plus «afro-mexicain» n'ont fait leurs apparitions que tout récemment. Tout comme le terme «afro-réunionnais». 

Le réunionnais a aussi un paradigme lusophone dans son état d'esprit. Ce n'est pas pour rien que certains surnomment la Réunion «la petite Brésil». N'oublions pas que beaucoup d'ancêtres ont été déportés chez nous depuis les anciennes colonies portugaises : Mozambique , Angola, Goa en Inde. Le culte de Santo-expédito qui s'est propagé dans toute l'Amérique latine  s'est aussi durablement diffusé sur notre île ; Cela malgré l'éloignement. Beaucoup de réunionnais — comme les Techer — descendent des portugais eux-mêmes. Tout comme l'ont fait les brésiliens, nous avons mis en avant le métissage dans nos sociétés pendant très longtemps. Nous avons éludé la question noire chez nous, pendant plus d'un siècle. Sans parler de nos faciès similaires ; Si l'on s'amuse à faire un trombinoscope des brésiliens, cubains, réunionnais ou même encore de certains mexicains. 

Les afro-mexicains ont beaucoup donné au monde, notamment grâce aux personnages historiques de Vincente Guerrero et Gaspard Yanga. 

undefined
Vincente Guererro

Vicente Ramón Guerrero Saldaña était un afro-mexicain aux origines congolaises et amérindiennes. Anti-colonialiste convaincu, il combat les espagnoles de 1810 à 1821 à la tête de l'armée mexicaine. Il devient le premier président noir du Mexique en 1829 et abolit immédiatement l'esclavage des noirs. Nous devons aussi préciser que à l'époque le Mexique a accueilli énormément d'esclaves en fuite venant des Etats-Unis.

Gaspar Yanga

Gaspard Yanga a été le premier noir marron d'Amérique latine. Originaire de la famille royale du Gabon.En 1570, il mène avec ses hommes —des afro-descendants révoltés comme lui— une lutte contre les espagnoles esclavagistes. Il a créé le premier royaume marron d'Amérique latine. Aujourd'hui une ville porte son nom —Yanga— dans l'état de Veracruz au Mexique. Un endroit où avec l'état de Guerrero on compte le plus d'afro-mexicains. 

Néanmoins, les afro-descendants du Mexique ont souvent été niés malgré leurs contributions historiques ; il suffit de regarder les télénovélas. Ainsi, sous représentés dans les médias, leur existence réelle en tant que population à part entière a souvent été remise en cause. Tout comme les afro-réunionnais durant tout le 20e siècle. A l'époque  afro-mexicains comme afro-réunionnais étaient des expressions inimaginables dans l'esprit collectif de ces deux peuples et même du monde

La connexion s'est donc naturellement ajustée, compte tenu de notre histoire pratiquement similaire dans le besoin de reconnaissance. La suite est en vidéo ci-dessous. La 1ère partie de l'interview de l'activiste et auteur afro-réunionnais Mickaël Joron ; Mené par le média AfroMéxico basé à Boston, Californie et au Mexique. Un média destiné à donner la parole aux afro-mexicains, créé par un de leurs leaders : Alejandro Graciano. Les autres parties de l'interview suivront bientôt. Ici Alejandro est curieux de savoir où se situe la Réunion.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents